L’Acupuncture Traditionnelle


L’Acupuncture: Qu’est -ce?

L’Acupuncture a pour système de base l’analogie ; c’est à dire que les Anciens observaient la Nature et vérifiaient sur l’être humain cette correspondance : Nature/macrocosme et individu/microcosme. C’est le principe des fractales ; la partie est dans le tout et le tout est dans la partie. Ce qui se passe à plus grande échelle dans l’Univers doit trouver une exacte résonance dans la plus petite particule de vie.

La vie c’est le mouvement

Ainsi, l’être qui vit en adaptant son comportement et en variant son alimentation continuellement selon le mouvement des saisons, saura se préserver de la maladie. L’importance du mouvement est primordial; selon les Anciens, il faut suivre l’écoulement des quatre saisons pour préserver son équilibre et ne pas tomber malade. La vie est vue comme un mouvement incessant qui façonne et transforme la Nature toute entière: l’être humain étant indissociable des autres formes de vie animales et végétales, il ne peut se soustraire à ce rythme naturel, sous peine d’en subir les conséquences néfastes. Tout problème (physique, émotionnel, etc) est pensé comme une fossilisation, un arrêt de l’adaptation naturelle.

Prévenir plutôt que guérir
ou « Creuser le puits avant la soif »

Le proverbe chinois dit, « commencer à se guérir alors que la maladie est déjà déclarée c’est comme commencer de creuser un puits alors que la soif se fait déjà sentir ». L’acupuncture agit sur des maladies installées mais elle considère que la voie de la prévention est la voie royale. En prenant les pouls, l’acupuncteur se rend compte de déséquilibres qui sont imperceptibles sur le plan organique. Pourquoi ? L’énergie qui circule dans les méridiens est une onde, une information perceptible aux pouls radiaux et cette information précède le trouble organique.

En posant des aiguilles, l’acupuncteur crée, pour donner une image, un circuit électrique qui donne des informations à l’organisme, afin de créer un nouvel équilibre. Par exemple, le point 43 Vessie, connu pour ses indications sur l’anémie, permet de produire 200 000 globules rouges en une demie heure, selon les expériences menées par Soulié de Morant à hôpital Bichât.

Les symptômes ne sont pas la maladie

L’Acupuncture considère deux formes d’énergie à la base de la santé : l’énergie issue de la respiration et l’énergie issue de l’alimentation. Une bonne alimentation conjuguée à une bonne respiration, ainsi qu’une vie émotionnelle équilibrée (c’est à dire des émotions modérées), sont les garants de la santé. Les symptômes sont un signal d’alarme : le patient doit s’arrêter et réfléchir à ce qui ne va pas dans sa vie. Tout symptôme est considéré comme une alerte, un ajustement du corps à une situation qui n’est pas bonne ; la véritable maladie c’est la façon dont nous vivons nos vies sans prendre conscience des ajustements à faire.

Des êtres et des arbres

L’être humain est comme un arbre, avec ses racines et son histoire; les symptômes sont les « brindilles », c’est à dire les feuilles. Un bon acupuncteur cherche non seulement à soigner les feuilles mais aussi et surtout à s’occuper du tronc et des racines, ce qui demande aussi un partage avec le patient autour de son histoire personnelle. C’est une thérapie humaniste qui cherche à remonter à la source des maux du patient (ses racines).
(L’Acupuncture traditionnelle ne se substitue pas aux traitements de votre médecin.)

Pour la perpétuation de la tradition

Rappelons aussi que l’Acupuncture est un art vieux de plusieurs millénaires basé sur les grands classiques (Su Wen, Ling Tchou) rédigés avant notre ère. En dépit du concept théorique du « progrès », l’Acupuncteur contemporain est face au défi de replonger dans les sources de l’Antiquité et de la tradition s’il veut comprendre son art et le pratiquer de manière efficace Faire une Acupuncture occidentalisée ou modernisée reviendrait à la réduire à une « aiguillothérapie » qui ne ferait que soulager des symptômes sans jamais s’attaquer aux racines du mal être.

Ainsi, l’apprentissage de la médecine occidentale ne constitue en rien une aide ou un avantage pour être acupuncteur. Seule une formation traditionnelle digne de ce nom, ouverte à toutes et à tous, garantit un exercice de qualité.

Et pour plus d’informations sur la nécessité de se former sérieusement :
http://www.centre-imhotep.com