Au delà du dogme et de la croyance, il y a la chance…

10 novembre 2013 Non Par Guillaume

VACCINOLOGIE : Ils avouent ne pas comprendre comment marchent les vaccins !

Catégories :vaccins17/08/2013

vaccins-saluzzoÉnorme ! Un médecin, Directeur de Production des vaccins viraux et chef de projet Recherche & Développement chez Sanofi Pasteur, de surcroît consultant pour l’OMS, déclare « qu’on ne sait pas comment marchent les vaccins ».

Evidemment qu’ils ne peuvent pas savoir étant donné que ça ne marche pas ! (1) Avec les vaccins-poisons, nos scientifiques formatés sont donc bien dans le domaine de la croyance et du dogme ! Ce serait risible s’il n’y avait pas tant de victimes… depuis Pasteur l’imposteur (cf. note 1).

Source de l’article ci-dessous

Pour être un scoop, ça en est un (du moins pour ceux qui ne savaient encore rien sur les vaccins). Le Dr Jean-François Saluzzo, Directeur de Production des vaccins viraux et chef de projet Recherche & Développement pour les vaccins anti-SIDA, anti-dengue et contre le SARS chez Sanofi Pasteur mais également consultant pour l’OMS, a notamment déclaré dans une vidéo sur la fabrication et le contrôle des vaccins qu’ils ne savaient pas comment marchent les vaccins. Ils ne savent pas comment ça fonctionne mais il faut cependant qu’on continue absolument à vacciner sans savoir, dogme et idéologie obligent !

Et cette vidéo, qui fait partie des cours de vaccinologie aux médecins (sic !), comporte bien sûr encore plusieurs autres belles perles que nous tenions à vous faire partager ci-dessous, histoire de ne franchement plus se faire vacciner idiot, comme on dit…

saluzzo-conf

Cliquez sur Fabrication et contrôle des vaccins pour lire la vidéo.

CIF VACCINOLOGIE 2011 – FABRICATION ET CONTRÔLE DES VACCINS – Titre : CIF vaccinologie 2011 – Fabrication et contrôle des vaccins. Intervenant : Jean-François SALUZZO. Résumé : 29 mars 2011 – cours 07 : La fabrication industrielle des vaccins et leurs contrôles. L’auteur n’a pas transmis de conflit d’intérêt concernant les données diffusées dans cette vidéo ou publiées dans la référence citée. Conférence enregistrée lors du DIU de vaccinologie le mardi 29 mars. Hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce – Ecole du Val-de-Grâce. Organisé avec le partenariat de l’UNF3S/UMVF et le FSP mère – enfant du ministère des affaires étrangères. Réalisation, production : Canal U/3SS. SCD Médecine.

4’20’’

« Quels sont les éléments essentiels du vaccin ? Il y a d’une part les bactéries qui vont servir à produire les vaccins ; il y a aussi les virus, et un point important pour tout ce qui est en particulier les virus, ce sont des cellules eucaryotes, c’est-à-dire que les vaccins sont produits sur des cellules.

Tout ceci dans le cas des vaccins viraux. Il faut bien comprendre qu’il s’agit du vivant et tout ce qui va servir à cultiver un virus peut-être source de danger.

Quand vous utilisez par exemple des sérums de veau, et bien vous devez être sûrs que le sérum de veau n’apporte pas un virus de la BSE dans les vaccins (BSE= encéphalopathie spongiforme bovine ou maladie de la vache folle), car c’est du vivant ; vous allez l’incorporer dans votre vaccin et vous risquez de l’avoir au final…

Au cours de toute cette activité de production vivante, à tout moment il y a un risque d’introduction d’agent contaminant dans le vaccin par l’intermédiaire des techniciens…

Le risque potentiel qu’il y ait un problème au niveau d’un vaccin, ce n’est pas les effets secondaires ; ça, on connaît les effets secondaires (NDR Echo-Zen : comment minimiser ainsi les multiples effets secondaires, parfois mortels ?), mais c’est l’accident bête qui serait l’introduction d’un virus à l’intérieur du vaccin final. – Nous avons eu dans les années ’60 un drame qui s’est produit, c’est-à-dire que des cellules de reins de singes étaient contaminées par un virus qui s’appelait le SV40 qui est un virus tumorigène, et on a découvert que ce virus contaminait les vaccins, et notamment les vaccins utilisés chez les enfants. 60 millions d’Américains ont reçu ce vaccin tumorigène. Par chance, il s’est avéré qu’il n’était pas adapté à l’homme, mais ça a été une grande crainte (NDR Echo-Zen : il existe d’autres versions…)…ça s’est reproduit, ça se reproduira ! »

7’18’’

« Dans le cas des virus aviaires, il y a eu le problème avec la fièvre jaune qui était contaminé avec un virus de leucose aviaire ; ça a été également un drame. Par chance encore une fois, 400 millions de personnes ont reçu ce virus de la leucose aviaire vivant qui s’est multiplié chez l’homme, mais par chance, il n’était pas pathogène. »

[…] « les cellules hétéroploïdes ont constitué une étape essentielle, mais posent encore énormément de questions. C’est une réflexion qu’il faut avoir. Par exemple la cellule MDCK pourrait être utilisée pour la production du vaccin contre la grippe ; c’est un excellent support de production du virus contre la grippe, mais elle est tumorigène et le grand débat philosophique qu’il y a : peut-on utiliser une cellule tumorigène pour faire un vaccin destiné à des enfants ?  13.20 – C’est vous dire qu’au niveau des autorités c’est une énorme discussion et pour les industries aussi. Certains disent que les quantités d’informations génétiques, c’est-à-dire d’ADN sont extrêmement faibles et qu’il n’y a aucun risque ; certains disent « oui, mais attention », on vaccine des enfants de 1 an à 5 ans et… dans 50 ans, qu’est-ce qui va se passer ? Donc, avant d’accepter une cellule comme ça, le débat est très ouvert. C’est actuellement ce qui se passe aux Etats-Unis avec le vaccin de la grippe produit sur MDCK par la société Novartis. Le débat, je peux vous dire, au niveau de la FDA reste très élevé parce que c’est moralement un problème très important. Que vous vacciniez une personne de 75 ans, le risque est très faible, mais quand vous vaccinez des enfants, vous vous posez aussi des questions sur le long terme. »

(En riant) : « Je ne veux pas dire qu’avec le vaccin il faut éliminer les personnes de plus de 75 ans. »

« En 1955, le premier vaccin a été mis au point par Jonas Salk, premier vaccin produit sur des cellules de reins de singe. Malheureusement il y a eu un drame qui s’est produit quelque temps après : un vaccin produit par les laboratoires Cutter était mal inactivé et il y a eu plus de 270 enfants qui ont contracté la polio et plusieurs sont décédés. »

(En ce qui concerne les vaccins mal inactivés) :

« Pour le vaccin contre la rage ; c’est arrivé au Brésil où il y a eu plusieurs dizaines de personnes qui sont mortes de rage. »

(Concernant la fièvre jaune) 42’19’’

« Pendant la guerre, l’armée américaine avait décidé de vacciner tous ses soldats qui partaient, ainsi que les anglais. Donc, on a vacciné et malheureusement, il y a eu une dramatique épidémie d’hépatite B. Il y a eu 28.000 cas d’hépatite B suite à la vaccination contre la fièvre jaune. Parmi les vaccinés, il y en a eu un qui était très fameux : Churchill qui a été vacciné avec un vaccin contre la fièvre jaune contaminé par l’hépatite B. »

49’20’’

« Il n’y a pas de solution miracle pour produire un vaccin ; on ne sait pas vraiment comment. »

50’15’’

« Une des raisons essentielles de l’histoire des vaccins, c’est qu’on ne comprend pas comment marchent les vaccins. Tout simplement parce que quand un vaccin a été mis au point, plus personne ne s’intéresse au vaccin, si bien que de nos jours quand un nouveau virus apparaît, on ne sait pas comment les autres vaccins ont marché et est-ce qu’on peut s’inspirer d’autres vaccins ? Je pense que si on veut faire des progrès dans l’avenir dans le domaine de la vaccinologie et des vaccins nouveaux, c’est d’étudier d’abord la réponse immunitaire. »

51’

« …Jamais on n’a pu faire un vaccin avec une protection mucosale…tout simplement parce qu’on met toujours la charrue avant les bœufs… On ne connaît pas comment marchent les vaccins. »

Énorme, non ? Et tout ceci vient d’un responsable du plus grand laboratoire mondial producteur de vaccins : SANOFI !

http://www.sanofipasteur.com/FR/sanofi-pasteur/nos-vaccins.html  : Premier producteur mondial de vaccins contre la grippe saisonnière : plus de 200 millions de doses en 2012 – Premier fournisseur mondial de vaccins inactivés contre la poliomyélite – La plus large gamme de combinaisons vaccinales à usage pédiatrique pour tous les enfants à travers le monde – Principal fournisseur de vaccins contre les infections à méningocoques : fournisseur historique et actuel de vaccins contre les méningocoques pour le contrôle des épidémies en Afrique de l’Ouest  – La plus large gamme de vaccins pour les voyageurs et les populations vivant sous les tropiques : typhoïde, rage, fièvre jaune, encéphalite japonaise, méningite à méningocoques, choléra, hépatite A, hépatite B

Vous pouvez également retrouver ce moment d’anthologie sur Youtube !

(1) La réalité du drame vaccinal : Dr De Brouwer, docteur en médecine, homéopathe, spécialiste de biologie moléculaire. Il fut aussi nommé Consultant International pour la Santé et l’Ecologie au sein de l’UNESCO (IAEWP) :

« Les fabricants de vaccins, secondés par le corps médical qui a accepté le principe vaccinal sans discussion ou réserve, ont accompli un tour de force dans le domaine de la désinformation et du mensonge. Un fait sans précédent dans l’histoire de l’humanité : faire croire à l’efficacité et à l’innocuité de ce principe inventé par Jenner et repris à son compte par Pasteur, alors qu’il ne repose sur aucune base scientifique sérieuse. L’immunologie moderne démontre au contraire que l’acte vaccinal constitue une grave atteinte à l’intégrité du système immunitaire des personnes vaccinées, faisant de celles-ci de véritables réservoirs à virus. Des virus et rétrovirus devenus muets au cours de l’évolution, se trouvent à l’état latent dans tous les organismes animaux et humains. L’introduction dans l’organisme (par le principe vaccinal) de virus vivants ou atténués peut lui permettre de reconstituer ce capital et donc d’acquérir une nouvelle virulence ou de créer de toutes pièces un virus ou un rétrovirus hybride. On nomme cela une recombinaison génétique. Les individus qui vivent dans les nations dites démocratiques s’imaginent être libres et égaux en droits. Les hommes pour lesquels ils votent afin d’être représentés au sein des assemblées sont censés défendre cette liberté et ces droits. En réalité les citoyens sont floués, manipulés, désinformés, les politiques ne sont que des marionnettes dont les dirigeants des multinationales tirent les ficelles. Si nous laissons faire les savants « fous » et les « apprentis sorciers » qui, pour des raisons de profit ou par bêtise, sont aux ordres des multinationales, nous nous dirigeons inéluctablement vers une issue apocalyptique d’ici deux décennies. ».

Le Courrier d’ALIS n°74 Sept.-Oct.-Nov. 2011